56 avenue de la Grande Armée, 75017 Paris

Archives-Reflexions

Le baptême dans l'eau... et le baptême dans le feu

 

Jean Baptise dans l'eau du Jourdain, et annonce Jésus qui baptisera dans l'Esprit-Saint et dans le Feu (Matt.3:1-11). Il y a là deux baptêmes...

 

Le baptême de Jean dans l'eau.

Le baptême de Jean n'a rien a voir avec celui que nous pratiquons aujourd'hui sur les petits enfants: celui-ci signifie l'amour inconditionnel de Dieu qui est le point de départ de toute vie chrétienne (la grâce), et il n'engage en rien celui qui le reçoit.

Jean lui, baptisait (c'est à dire "plongeait") dans l'eau en signe de purification, pour dire le pardon de Dieu à tous ceux qui voulaient bien confesser leurs péchés (c'est-à-dire les reconnaître), et se repentir (c'est à dire revenir à Dieu). Il appelle à venir avec le sentiment de sa finitude et le regret de sa faute ou de sa faiblesse, et à vouloir changer de direction dans sa vie, à revenir à ce qui est vraiment essentiel et source de vie. Ceux qui faisaient cette démarche personnelle pouvaient alors être considérés comme "purs".

Cela est une première grande et bonne nouvelle: ce n'est pas celui qui agit parfaitement et sans erreur qui est pur, ce n'est pas le saint qui s'est accumulé des mérites, ce n'est pas le champion des bonnes oeuvres, mais c'est celui qui se reconnaît fini et comme ayant besoin de Dieu.

 

Le baptême de Jésus.

Et Jean annonce que le Christ nous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. C'est autre chose... Certes Jésus, comme Jean annoncera le pardon, mais il fera plus que cela, il indiquera le chemin à suivre.

Le baptême de Jean est une bonne nouvelle, mais il est statique, il n'envoie pas en avant, il ne dit pas ce que l'on peut ou doit faire de cette libération, après cette annonce du pardon. Là est le rôle du Christ.

L'Esprit Saint et le Feu sont dans la Bible deux façons de désigner la présence de Dieu. l'Esprit comme source de vie, et le feu comme puissance de lumière, de purification et de transformation.

Jésus nous plonge dans la présence vivifiante et créatrice de Dieu. Il nous permet, à partir de l'état de réceptivité dans lequel nous laisse le message de Jean, de profiter de la parole de Dieu pour arriver à une réalité nouvelle.

 

Nécessité des deux baptêmes.

Mais le baptême de Jésus n'annule pas le baptême de Jean. Celui-ci est la condition préalable indispensable à la réception du baptême d'Esprit. Le rôle de Jean est bien de préparer les chemins du Seigneur. C'est pourquoi Jésus tient à se faire baptiser par Jean avant d'entrer en jeu. La repentance et l'annonce du pardon sont les conditions indispensables à notre transformation et à l'accueil de la nouvelle création.

Oublier le premier baptême est le risque d'une théologie des oeuvres et de la loi. Jésus serait alors celui qui nous donne le chemin à suivre pour arriver à la pureté, et ce que représente le baptême de Jean est mis comme but au lieu d'être préalable.

En rester au baptême de Jean est le risque de se contenter de dire que nous sommes sauvés par grâce et c'est tout. Dieu sauve, certes, mais après ? Jésus nous relève, mais pour aller où ?

La Bible ne dit pas seulement que Dieu nous sauve et nous pardonne, mais elle aide aussi chaque homme à trouver son chemin ainsi que la façon avec laquelle il va pouvoir utiliser cette liberté pour recevoir le pouvoir de transformation de Dieu par Jésus-Christ.

Comme ces deux baptêmes nous donnent le sens même de la démarche évangélique, nous devons en fait sans cesse passer par l'un et par l'autre. Sans cesse nous devons revenir à Dieu en reconnaissant notre finitude et notre erreur, sans cesse nous avons besoin de nous persuader du pardon de Dieu, et sans cesse nous avons besoin d'être plongés dans sa présence qui crée en nous une réalité nouvelle.

Ces deux baptêmes ne sont pas des rites par lesquels il faudrait passer une fois dans sa vie, il ne suffit pas de revenir à Dieu et de reconnaître son péché une seule fois dans sa vie, c'est une démarche que nous devons faire sans cesse.

Dès le début de l'Évangile, la démarche de toute vie chrétienne est exposée: en reconnaissant sa finitude revenir vers le Dieu qui efface alors tous les obstacles entre lui et nous, puis, en suivant Jésus-Christ, être plongé en Dieu qui crée en nous une réalité nouvelle, afin que nous demeurions en Dieu, comme Dieu demeure en nous.(1Jean4:13).

Louis Pernot

Faire un don à la paroisse

Retrouvez-nous

carte56, avenue de la Grande-Armée 75017 Paris

Secrétaire générale : Charlotte Mariaux de Serres
Lundi/mardi/jeudi/vendredi 9h30-12h30
01 45 74 41 79 

Pasteurs :

Florence Blondon : 06 85 38 41 16
Louis Pernot : 06 88 88 04 44

Vous pouvez-nous écrire: etoile@etoile.pro