56 avenue de la Grande Armée, 75017 Paris
  • Accueil
  • La Trinité, un mystère ou une pédagogie ?

La Trinité: mystère ou pédagogie?

Prédication du pasteur Louis Pernot au temple de l'Etoile à Paris le 11 novembre 2001

La Trinité est une notion très importante, dans le Christianisme, essentielle en particulier pour les Eglises d'Orient. Et l'on entend même parfois dire qu'être chrétien c'est croire dans le Dieu trinitaire...

Mais le plus souvent, il faut bien dire que la plupart des gens n'y comprennent rien à cette doctrine de la Trinité. Déjà, la notion de "Saint Esprit" est fort mystérieuse, et source de bien de malentendus, et même pour les théologiens professionnels, au point que les divergences théologiques sur ce sujet sont au cœur du schisme entre l'Eglise de Rome et les Eglises Orthodoxes. Et puis, affirmer que Jésus-Christ est Dieu sans être Dieu lui-même, qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire ? Ou bien comment peut-on dire que Dieu est à la fois trois personnes et qu'il est pourtant un être unique ? Bien souvent quand quelqu'un pose des questions comme cela, il lui est répondu "c'est le mystère de la foi", ce qui est une échappatoire indigne.

Dans le protestantisme, aujourd'hui au moins, on reconnaît que la Trinité est une des expressions possibles de notre croyance en Dieu, mais qu'il n'est pas obligatoire de croire en la Trinité. En effet, la Trinité est un développement théologique qui date du IIIe ou IVe siècle, elle n'est donc pas, telle quelle, dans la Bible. Bien sûr il est question dans la Bible de Dieu comme notre Père, il est question du Christ comme Fils de Dieu, et il est question de l'Esprit Saint. Mais que Dieu soit à la fois Père Fils et Saint-Esprit, trois personnes en un seul Dieu ne s'y trouve pas... C'est est une chose plus délicate qui est apparue peu à peu dans l'Eglise, après des siècles de résistances et de discussions.

Dans cette doctrine de la Trinité, il y a du bon et du mauvais. Peut-être que le plus négatif c'est que la doctrine trinitaire est la cause de malentendus théologiques immenses, et en particulier parce que les termes employés lors de sa définition n'ont pas forcément le même sens aujourd'hui. En particulier quand on parle du "Fils" qui serait l'égal du Père, il n'était alors absolument pas question de Jésus-Christ comme on le pense aujourd'hui, mais du "verbe de Dieu avant l'incarnation". C'est là que tout se complique : alors que dans le Nouveau Testament, le terme "Fils" désigne Jésus-Christ, dans la doctrine de la Trinité, en suivant l'initiative de Tertullien (vers l'an 200), on désigne par Fils la parole éternelle de Dieu, la réalité divine qui est incarnée en Jésus-Christ, ou pourrions nous dire non pas Jésus Christ tout entier, mais ce qu'il y a de divin en lui., le Fils.

Cela semble de la théologie bien abstraite, mais c'est pourtant la cause d'un malentendu très grave pour les chrétiens aujourd'hui. Bien des chrétiens pensent que la doctrine officielle est que Jésus-Christ est Dieu, et beaucoup sont tout gênés de ne pas arriver à y croire. En fait, ils ont raison de ne pas y croire, parce que ce n'est pas cela que propose la doctrine de la Trinité. Le fait que le Père, le Fils et le Saint-Esprit soient tous les trois Dieu n'implique pas du tout que Jésus-Christ soit Dieu.

La 2e personne de la trinité, à l'origine, ce n'est pas le Christ, c'est la Parole (le Verbe ou le Logos dans certaines traductions). Jésus-Christ selon la théologie orthodoxe est un homme uni à Dieu, et cela n'a jamais voulu dire qu'il soit Dieu. D'ailleurs de nombreux passages des 4 évangiles et des lettres de Paul attestent que Jésus n'est pas Dieu. Par exemple :

  • Jésus dit que l'heure de la fin du monde n'est connue que du Père seulement, et que le Fils ne la connaît pas (ici Jésus). (Mt 24:36)
  • Le Christ prie Dieu en disant: "Père, que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne." (Lu 22:42)
  • Ou sur la croix il dit "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?" (Mr 15:34)
  • Et dans l'Evangile de Jean, Jésus-Christ insiste plusieurs fois pour dire que ce n'est pas de lui-même qu'il agit et qu'il parle, mais qu'il fait ce qu'il voit que Dieu fait et qu'il dit ce Dieu l'envoi dire. (Jn 5:19, 6:38, 7:16, 8:28, 12:49, 14:28,...)
  • Enfin Paul nous dit que "le chef du Christ, c'est Dieu" (1 Cor 11:3, 15:28)

 

Ce que dit l'Evangile de Jean, c'est qu'au commencement et de toute éternité est la Parole créatrice de Dieu, et que cette Parole s'est trouvée être présente dans un être humain:Jésus Christ. Jésus-Christ est un homme qui a incarné cette parole. D'ailleurs, dans la Somme Théologique, Thomas d'Aquin traite d'abord de Dieu, et dans cette partie de la Trinité en tant qu'il s'agit de Dieu, de sa parole créatrice et de don esprit, puis il traite de l'homme, puis enfin de Jésus-Christ, dont il n'avait pas encore parlé dans le chapitre sur la Trinité puisque pour se faire, il fallait avoir parlé de Dieu et de l'homme, la dimension humaine du Christ étant essentielle.

Ainsi la doctrine de la Trinité est-elle un peu compliquée, mais il est bon de savoir qu'elle n'implique nullement que Jésus-Christ soit Dieu. Cela est important pour nous aider à mieux saisir ce que Dieu nous offre en Christ, et cela peut nous réconcilier avec les juifs et les musulmans qui soupçonnent toujours un peu les chrétiens d'avoir trois dieux.

Or, dans la Trinité il y a absolument un seul Dieu, unique. Et il y a trois personnes, ou plus exactement, nous pouvons percevoir le Dieu unique de trois façons. Dieu est à la fois Père, Fils et Saint-Esprit:

  • Le Père. Affirmer que Dieu est notre Père cela veut dire déjà que Dieu est une sorte de Trinité pour nous, car le rôle du père est riche :
  • Le père c'est celui qui donne la vie, comme Dieu est notre créateur.
  • Le père, c'est aussi celui qui aime inconditionnellement son enfant. Dieu de même nous considère comme son enfant, il nous aime encore et toujours, et nous pardonne.
  • Et le père, c'est enfin celui qui donne la loi, celui qui commande et qui structure son enfant. C'est le Dieu auquel nous obéissons et qui nous montre le chemin.
  • Le Fils. Dans la Trinité, c'est donc la Parole (le logo") dont on parle ici. Dire que Dieu est Parole c'est aussi une affirmation tout à fait essentielle et biblique (Jn 1:1), cela veut dire que Dieu n'agit pas dans le monde d'une façon brutale, externe et contraignante, comme un magicien, mais en entrant en relation avec sa création. Il appelle les choses à être, il cherche à nous convaincre d'agir, de répondre, d'aimer. Dieu agit en adressant des vocations, sa force de création est une force de conviction qui laisse toute liberté et qui demande notre assentiment. Effectivement, c'est particulièrement en Christ que Dieu se manifeste comme cette présence qui s'adresse à nous de la sorte.
  • Et enfin le Saint-Esprit. Dire que Dieu est Esprit c'est dire qu'il n'est pas une réalité matérielle, mais qu'il est le Spirituel par excellence. Dieu n'est pas ainsi qu'un créateur froid et distant, mais il est une présence spirituelle qui nous accompagne et nous fait vivre. Il est aussi le souffle qui nous anime. Dans l'Ancien Testament, en effet, il est dit que Dieu donne vie à Adam en mettant son souffle en lui, aujourd'hui encore, dans le cadre de la Nouvelle Création, Dieu met en nous un Souffle (même mot qu'"esprit") qui nous donne une vie nouvelle, la dimension spirituelle et éternelle de notre existence.

 

Présenter Dieu ainsi sous une forme multiple est extrêmement intéressant. C'est une façon de dire que Dieu a de multiples facettes, et qu'on ne peut le réduire à un aspect. Et même dire qu'il y a "trois personne en Dieu", peut être bon si on ne le comprend pas comme du tri-théisme, mais comme une façon de dire qu'on ne peut pas se limiter à une image de Dieu comme une simple "personne", Dieu est beaucoup plus complexe que cela et toujours au-delà de ce que l'on peut dire de lui.

Dieu n'est pas en un point déterminé nous dit la trinité. On ne peut le définir par un seul terme, parce qu'il dépasse notre langage. On ne peut que l'approcher, et l'indiquer comme étant quelque part au milieu d'une sorte de triangle. La doctrine trinitaire nous dit ainsi une vérité qui est salutaire encore maintenant car toutes les Eglises et même tous les croyants ont tendance à considérer que leur façon de concevoir Dieu est la seule vraie.

Saint Augustin qui est un fin théologien a bien compris que quand on affirme qu'il y a trois "personnes" en Dieu, on ne peut dire qu'il y ait trois Dieu, mais que ces "personnes" désignent des relations. Il s'agit de montrer que Dieu a différents types de relations avec nous.

  • En considérant Dieu comme Père, nous avons la vision d'un Dieu fort qui est le chef de famille, le patriarche. EEtre chrétien c'est le reconnaître comme son Seigneur, et lui obéir. Et être chrétien c'est en même temps quelque chose de formidablement grand, puisque nous sommes fils et filles de ce Dieu qui est notre Père.
  • En considérant Dieu comme Fils, c'est voir Dieu en tant qu'il s'incarne, qu'il s'approche de nous et se préoccupe de l'homme. Cela doit nous inciter à imiter le Christ en agissant dans ce monde pour annoncer l'Evangile et pour guérir ceux qui ont besoin de secours.
  • Et en considérant Dieu comme Esprit, nous cherchons la présence de Dieu en nous, une présence qui nous réconforte et nous console.
  • La Trinité nous dit quelque chose de vrai sur notre relation avec Dieu, avec ces 3 dimensions. Si l'on déséquilibre l'ensemble au profit d'un des trois axes, notre foi est alors un peu boiteuse :
  • Si pour nous Dieu n'est que le Dieu Père, nous aurons peut-être un Dieu comparable à celui d'un certain Islam, un Dieu qui commande et qui attend que l'on se soumette. Peut-être serons-nous alors trop préoccupé de la relation à Dieu, en oubliant l'amour du prochain, et la consolation de Dieu, la force qu'il nous donne par son Esprit.
  • Si pour nous, Dieu n'est que le Fils, peut-être aurons-nous tendance à trop insister sur l'action sociale. Notre foi risquerait alors se limiter à un humanisme actif, certes, mais appauvri et à se complaire dans un certain activisme.
  • Et si pour nous Dieu n'est que le Saint-Esprit, nous aurons tendance à nous concentrer sur ce que Dieu réalise en nous-mêmes, sur la force et la consolation que nous recevons par la prière, c'est le danger d'un certain charismatisme.

Mais au contraire le Christ nous propose un équilibre entre les trois types de relations en aimant Dieu (notre Père), en aimant notre prochain (avec le Fils), et en s'aimant soi-même (avec le Saint-Esprit). L'Evangile nous propose de voir Dieu comme étant notre Père, de voir Jésus-Christ comme étant notre frère, et le Saint-Esprit comme notre consolateur. Alors, nous nous rapprochons du Dieu de l'Evangile qui est une réalité complexe, un être vivant riche de mille facettes. De l'unicité et de la simplicité ne naissent que l'asservissement, les exclusions et les fanatismes, si la Trinité à du bon, c'est qu'elle nous met en face de la complexité de Dieu, et c'est de cette complexité que naissent la liberté et la vie, la vie éternelle.

Amen.

Retour à la liste des prédications

Faire un don à la paroisse

Retrouvez-nous

carte56, avenue de la Grande-Armée 75017 Paris

Secrétaire générale : Charlotte Mariaux de Serres
Lundi/mardi/jeudi/vendredi 9h30-12h30
01 45 74 41 79 

Pasteurs :

Florence Blondon : 06 85 38 41 16
Louis Pernot : 06 88 88 04 44

Vous pouvez-nous écrire: etoile@etoile.pro