56 avenue de la Grande Armée, 75017 Paris

La Genèse

Leçon pour Ecole Biblique (enfants de 8 à 12 ans)

Ce dessous, de simples notes pédagogiques, sans autre prétention que de donner des pistes de lecture pour les adultes voulant initier des enfants à la lecture des textes cités.

Isaac

Introduction

Abraham, marié à Sarah, n’arrivait pas à avoir d’enfant. Sarah lui propose d’en faire un avec Agar sa servante. L’enfant sera appelé Ismaël (on dit que c’est l’ancêtre du peu peuple Arabe). Quelque temps plus tard, Dieu annonce à Sarah qu’elle va avoir un enfant. Sarah rit car elle ne le croit pas, étant trop vieille, mais un an après, Isaac naît. (« Isaac » en hébreu veut dire : « j’ai bien ri )».

Lire ou raconter: Gen. 21:1-7: La naissance d’Isaac.

Si le texte est lu, on pourra préciser les points suivants
1. Sur les âges très importants que donnent l’Ecriture, on peut penser que c’est de l’exagération.
2. Quant à la circoncision, c’était le signe de l’alliance que Dieu a donné à Abraham. La circoncision, était le signe de l’entrée dans le peuple bénéficiant de l’aide et de la présence particulière de Dieu en contrepartie de sa fidélité. Pour nous le signe d’entrée dans le peuple des sauvés est le baptême. C’est mieux, parce qu’il n’y a pas de mutilation physique, et que ça convient aux deux sexes.

Le sacrifice d’Isaac : Gen. 22:1-19:

Dieu demande d’offrir son fils en « holocauste ». « Holocauste » signifie mot-à-mot en hébreu quelque chose qu’on fait monter vers Dieu. Normalement cela désigne un sacrifice où la victime est entièrement consumée pour qu’il n’en reste rien, tout monte en fumée. Le terme ensuite a été réutilisé pour parler de la volonté d’extermination des juifs par les Nazis, parce qu’ils voulaient qu’il n’en reste aucun. Mais ce n’est pas le sens premier.

La lecture traditionnelle de ce texte est la suivante :

Dieu éprouve Abraham et lui demande ce qu’il y a de plus précieux pour lui pour voir s’il est prêt à tout pour obéir à Dieu. Abraham est prêt à sacrifier pour Dieu ce qu’il aime le plus au monde : son fils. C’est une preuve de foi et de fidélité extraordinaire. Dieu c’est ce qui est central dans notre vie, ce qui est pour nous notre raison d’être, le sens de notre vie. Finalement, Dieu l’arrêtera à temps, évidemment, il ne voulait pas la mort de l’enfant.

Il y a eu des tas d’exemples dans l’histoire de personnes qui sacrifient à Dieu leurs biens les précieux, leur confort, leur situation, leur fortune, et même leur vie propre vie pour aider les autres, ou être fidèles à leur volonté de servir.

Question : Pourquoi Dieu aurait-t-il besoin d’éprouver Abraham ?

Certains chrétiens pensent que Dieu nous envoie des épreuves ou des difficultés pour tester notre fidélité, pour voir si on garde confiance en lui. En fait Dieu n’a pas besoin de ça et ne nous envoie pas de mal. C’est pourquoi on a changé dans le Notre Père le « ne nous soumets pas à la tentation » qui laisse supposer qu’il puisse en être l’auteur par « ne nous laisse pas entrer dans la tentation ». Dieu est plus celui qui peut nous libérer de la tentation ou de l’épreuve que celui qui nous y mettrait.

Et puis cette lecture peut sembler épouvantable vue du côté d’Isaac, comment Dieu a-t-il pu organiser quelque chose d’aussi violent et pervers ? On ne joue pas avec les gens comme ça ! C’est cruel et insupportable. Cette interprétation du texte est bien difficile à admettre.

Il y a une explication possible : c’est qu’Abraham a mal compris ce que Dieu lui demandait. Ce que Dieu demandait, c’était de lui consacrer son fils, de le faire monter vers lui (sens propre de l’expression « donne en holocauste »). Dans son contexte païen, Abraham pense que ce qu’il doit faire, c’est de tuer son fils. En effet, à cette époque, on pratiquait le sacrifice humain, et on offrait tout premier né mâle au dieu Moloch, donc Abraham fait comme tout le monde. Mais Dieu ne veut pas ça, il va empêcher le sacrifice humain et arrêter Abraham au bon moment : Heureusement, il y a d’autre moyen de consacrer un enfant à Dieu.

Elever son enfant à Dieu, le consacrer à Dieu, ce n’est pas le tuer, mais l’aider à grandir pour servir les autres, le rendre fidèle et généreux. Et pour nous aussi, consacrer sa vie à Dieu ne veut pas dire qu’on n’ait pas le droit de vivre, d’avoir une famille, des enfants, des loisirs et tout ce qui fait la vie de chacun. Se consacrer à Dieu, ce n’est pas renoncer à vivre, mais vivre d’une certaine manière. C’est pourquoi les pasteurs vivent un peu comme tout le monde.

Par cette histoire, Israël passe à un autre période où les sacrifices d’enfants sont remplacés par des sacrifices d’animaux. Après, avec Jésus Christ il n’y aura même plus de sacrifices du tout. Ce qu’il dira c’et : « ce que je veux, c’est l’amour, et non pas les sacrifices » (Matthieu 12:7).

Ligature

La ligature d'Isaac

 Retour à la page: Catéchismes et Ecoles Bibliques

Faire un don à la paroisse

Retrouvez-nous

carte56, avenue de la Grande-Armée 75017 Paris

Secrétaire générale : Charlotte Mariaux de Serres
Lundi/mardi/jeudi/vendredi 9h30-12h30
01 45 74 41 79 

Pasteurs :

Florence Blondon : 06 85 38 41 16
Louis Pernot : 06 88 88 04 44

Vous pouvez-nous écrire: