56 avenue de la Grande Armée, 75017 Paris

Archives-Reflexions

je suis qui je suis

 

Ego sum qui sum: Je suis qui je suis

Quand Moïse demande à Dieu qui il est, celui-ci répond par une affirmation qui a fait couler beaucoup d’encre : « Je suis celui qui suis », trois mots en hébreu qui recellent tout le mystère de la nature divine.

Va te faire cuire un œuf

On peut en faire plusieurs lectures. La première et la plus évidente, dont tous les professeurs de théologie disent qu’elle est fausse, est que Dieu répond à Moïse en quelque sorte : « je suis qui je suis... et va te faire cuire un œuf ! ». Autrement dit : « Peu importe qui je suis, cela n’a pas d’importance, moi je te demande d’aller aider le peuple à se sortir de sa mauvaise situation, d’aller libérer tous ces gens qui souffrent. Mon nom, ou qui je suis on s’en fiche, ce qui compte, c’est l’action, de faire le bien ». Sans doute est-ce assez vrai, peu importe comment vous appelez Dieu, que ce soit l’Eternel, Allah, le grand architecte, ou l’esprit du monde, peu importe tant que votre croyance vous pousse à libérer, à aider, à accompagner, à annoncer la grâce, alors c’est bien. La théologie pure ne sert à rien, c’est de l’intellectualisme, et même, prétendre « croire en Dieu», ou « ne pas croire en Dieu », finalement est-ce important tant qu’on aime son prochain qu’on est prêt à pardonner et à servir ?

L’onto-théologie

A l’inverse, on peut faire une interprétation forte de notre verset, une interprétation ontologique, et penser que ce n’est pas de la part de Dieu une fin de non recevoir, mais au contraire, une réponse : « je suis l’être ». Cela, c’est l’onto-théologie très en vogue au Moyen-âge. L’idée, c’est que dans le monde, il y a des choses qui sont : ce bulletin est, moi je suis, or tout ce qui « est » participe à quelque chose de commun qui est l’être. Mais qu’est-ce que l’être en tant qu’être ? Cet être pur, sans quelque chose qui soit, auquel participe toute chose, c’est Dieu. Dieu est ainsi l’être en soi, ce qui est et ce qui fait être chaque chose, ce qui donne l’être à tout ce qui est. Plus près de nous, des théologiens modernes ont dit que Dieu était « la puissance d’être », ce qui pousse toute chose à être et à plus être, à mieux être.

Mais le livre de l’Exode voulait-il faire de l’ontologie ?

L’inaccompli hébraïque

Alors une autre lecture plus hébraïque demande à quel temps il faut le traduire : Dieu dit-il : « je suis qui je suis », ou « je suis qui je serai ? ». Or en Hébreu, il n’y a pas de temps comme en français, il y a juste un accompli pour les actions passées, et un inaccompli pour une action qui se prolonge dans le futur, qu’elle soit passée présente ou future. Donc le « Eheyé » hébreu peut se traduire par « je suis », « j’étais », ou « je serai », et en fait c’est les trois à la fois. Dieu dit donc : « je suis celui qui était, qui est, et qui sera », formule reprise par l’Apocalyspe. L’idée est bonne : tout dans ce ce monde est passager, un jour n’était pas et un jour ne sera plus. Mais tout ne peut pas être passager, qu’est-ce qui est l’intemporel, ce qui demeure, la structure du monde, l’absolu, la transcendance ? C’est cet absolu que nous appelons Dieu. C’est d’ailleurs de là que vient le nom de Yahweh que les protestants ont eu la bonne idée de traduire par « l’Eternel » : Dieu, c’est l’intemporel, ce qui est hors du temps, hors de tout processus de génèse et de corruption. Et croire en Dieu, c’est s’attacher à l’éternel, fonder sa vie sur l’intemporel, sur l’absolu et le transcendant.

Mais Dieu voulait-il jouer sur les temps avec Moïse ?

L’existentialisme

Et puis, il y a ceux qui donnent un sens plus faible au verbe «être », comme les existentialistes. Pour eux, il y a deux choses différentes : être et exister. Exister, c’est pour les choses, ce qui est matériel et visible. Et pour eux, Dieu n’existe pas, il est. Dieu, en effet, n’est pas un objet, il n’a pas d’existence comme vous ou moi ou quelque chose. Mais il est.

La théologie apophatique

Alors me direz-vous, il est quoi ? C’est une fausse question, il est, tout court, il est, sans « quoi ». Je reconnais que c’est difficile à imaginer, mais peut-être est-ce là l’essentiel : Dieu, c’est difficile à penser, c’est compliqué, et dire brutalement : « je crois en Dieu », « Dieu existe », ou « Dieu n’existe pas » ne peut se faire qu’à partir d’images souvent enfantines et préconçues de Dieu. Donc finalement, ma première idée du « va te faire cuire un œuf» n’était pas si bête, Dieu refuse de répondre : on ne peut pas donner un nom à Dieu, ni dire exactement ce qu’il est. Le nommer, c’est l’enfermer dans images humaines, or Dieu est ce qui dépasse tout, l’au-delà de tout, le « tout autre ». Pour les juifs, son nom est même inconnaissable, Dieu, c’est l’indicible. Cette idée, c’est ce qu’on a appelé la « théologie apophatique », et elle a raison : dire quelque chose de Dieu, c’est forcément dire quelque chose de faux. L’important, c’est comment l’idée que l’on en a nous fait vivre, et ce qu’elle génère en nous d’amour, de générosité et d’action positive dans ce monde.

Donc Dieu est, parce qu’il y a du bien à accomplir dans ce monde, quand à dire ce qu’il est vraiment, je ne saurais le dire.

Et donc je me tais.

Louis Pernot

 

 Vous pouvez aussi lire les réflexions des mois précédents dans les archives.

Faire un don à la paroisse

Retrouvez-nous

carte56, avenue de la Grande-Armée 75017 Paris

Secrétaire générale : Charlotte Mariaux de Serres
Lundi/mardi/jeudi/vendredi 9h30-12h30
01 45 74 41 79 

Pasteurs :

Florence Blondon : 06 85 38 41 16
Louis Pernot : 06 88 88 04 44

Vous pouvez-nous écrire: etoile@etoile.pro