56 avenue de la Grande Armée, 75017 Paris

Archives-Reflexions

Des reliques à la parole : itinéraire d’un homme moderne

 

Je suis entrée dans le monde de Calvin presque par effraction, par une petite porte, celle du Traité des reliques. Cet opuscule peut paraître aujourd’hui accessoire, anachronique, et pour le moins trop polémique ; pourtant, en premier il faut bien en admettre l’intérêt historique, car pour étayer son propos Calvin n’a pas manqué de faire une enquête serrée sur  le nombre et la localisation des reliques (et combien nombreuses sont elles !).

Ensuite, on peut souligner que ce petit traité (à peine 50 pages) ne manque pas d’humour, alors que notre homme est censé en être dépourvu. Pour exemple ce qu’il écrit à propos des reliques du Christ : « mais la relique la plus fériale de cette espèce est la forme de ses fesses qui est à Reims, en Champagne, sur une pierre derrière le Grand autel. »

Mais, il nous faut avant tout reconnaître que sa réflexion sur les reliques va bien au-delà de l’anecdote, et nous pouvons l’entendre comme une profonde illustration de la pensée de Calvin. Car, elle met en lumière un principe que Calvin va appliquer à toute sa pensée : la suppression de l’élément magique, la condamnation de la superstition. Sa réflexion qui dénonce l’incongruité de la quête des reliques (et au passage la remise en cause de l’authenticité), peut s’appliquer aussi au domaine de l’Ecriture et des sacrements.

Tout comme les reliques, les Ecritures ne sont pas magiques, mais elles sont appelées à être interprétées. En cela  la réflexion de Calvin est ici d’une actualité brûlante, car elle s’oppose à toute lecture fondamentaliste, elle nous invite à ne pas sombrer dans l’extrémisme qui se tapit à notre porte. Car si Calvin, à la suite de Luther a remis la lecture de la Bible au centre de la foi, il s’est donné les moyens de nous inviter à devenir lecteurs en mettant à disposition des Bibles en français, tout particulièrement la traduction de son cousin, Olivetan, qu’il a préfacée. Cet élan relève d’un  double mouvement, typique de la Réforme, celui du retour aux sources, non pas pour se complaire dans un passé, mais pour proposer au plus grand nombre un texte plus « juste » dans un langage accessible à tous. C’est ce qu’il fera également en traduisant son Institution, offrant ainsi à un large public le premier ouvrage théologique en français.

Ainsi il ne s’agit non plus de « sacraliser » un texte, mais bien au contraire de mettre en lumière que  l’Ecriture n’est pas une idole, et qu’elle doit être prise au sérieux. Elle est appelée à être lue, interprétée par chacun de manière existentielle pour être vivante, pour que le texte devienne Parole. Comme le souligne Olivier Abel : « il faut respecter l’épaisseur littéraire du texte dans sa langue d’origine, ne pas plaquer dessus une théologie d’avance unifiée ». La lecture est avant tout une expérience.

Il en est de même des sacrements qui n’ont rien de magique, mais s’apparentent à des « béquilles » pour les croyants, et c’est avec ironie que Calvin souligne « que notre foi est si petite et débile que si elle n’est appuyée de tous côtés et soutenue de tous moyens, soudain elle est ébranlée de toute part, agitée et vacillante. » Mais si le côté magique est balayé, il reste l’essentiel, c'est-à-dire le mystère.

Car, certains raccourcis peuvent nous inciter à confondre le mouvement qui consiste à « désensorceler » avec un « désenchantement ». Comme si supprimer la part de magique pouvait contribuer à nous révéler un monde uniquement rationnel et bien trop cynique. Certes ce mouvement va permettre l’émancipation des disciplines scientifiques de la religion. La Bible n’est pas un traité de biologie ou d’astronomie, pas plus que de philosophie ou d’histoire. En cela Calvin se révèle un homme moderne. Et, cette rupture n’est-elle pas au contraire une chance ? Une invitation à lire autrement, à redécouvrir la poésie des textes, leurs rythmes, les échos qu’ils suscitent en nous ? Lire la Genèse, à l’instar de Calvin, comme un poème qui chante le créateur ; « Car Dieu qui est autrement invisible, s’est vêtu de l’image du monde pour ce faire voir à nous et se faire visible en elle… Dès que nous entendons parler du nom de Dieu… contemplons-le orné de ce beau et précieux vêtement. Bref, que le monde nous soit une école si nous désirons bien connaître Dieu. »

Ainsi, le mouvement qui consiste à condamner toutes superstitions, à rejeter le magique, à réprouver l’idolâtrie, n’est-il pas la condition nécessaire pour laisser place à l’émerveillement ?

Non, Calvin n’est pas une relique (d’ailleurs, il s’est fait enterrer dans les parties communes du cimetière de Plainpalais à Genève, et on ne connaît donc pas exactement l’emplacement de sa tombe). C’est un homme qui nous invite à nous réformer sans cesse et à rendre la parole vivante, au risque parfois de revisiter la sienne, et la nôtre. Aussi, pour ne pas faire de Calvin une idole, lisons-le, cette (re)découverte sera la meilleure part de ces célébrations pour les 500 ans de sa naissance.

 

Florence Blondon   

Faire un don à la paroisse

Retrouvez-nous

carte56, avenue de la Grande-Armée 75017 Paris

Secrétaire générale : Charlotte Mariaux de Serres
Lundi/mardi/jeudi/vendredi 9h30-12h30
01 45 74 41 79 

Pasteurs :

Florence Blondon : 06 85 38 41 16
Louis Pernot : 06 88 88 04 44

Vous pouvez-nous écrire: etoile@etoile.pro